Amélioration du sommeil et de la vigilance chez les personnes non-voyantes – Une série en cinq parties

Partie 5: La recherche en cours : les médicaments analogues à la mélatonine

Le fait que la mélatonine puisse décaler l’horloge biologique a déclenché des efforts pour développer des médicaments ayant des effets analogues à ceux de la mélatonine.

« Ces médicaments peuvent s’avérer aussi bon, voire plus efficace que la mélatonine et pourraient être régulés, prescrits, contrôlés, et suivis pour la sécurité » dit Steven Lockley, neuroscientifique de Harvard.

En 2005, la FDA a autorisé un analogue à la mélatonine, le ramelteon pour le traitement de l’insomnie caractérisée par des difficultés à s’endormir. Les chercheurs rapportent qu’il aidait les insomniaques à s’endormir plus vite et à rester endormi plus longtemps, sans malaise ou somnolence diurne, ou accoutumance. La Bibliothèque Nationale de Médecine (“National Library of Medecine”) fournit des informations sur ce médicament sur le site http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmedhealth/PMH0000321/.

En 2010, la FDA a accordé le statut de médicament orphelin à un autre analogue de la mélatonine, le tasimelteon pour utilisation chez des adultes totalement non-voyants souffrant du  syndrome hypernycthéméral (N24HSWD). La FDA donne le statut de médicament orphelin à des médicaments développés  spécifiquement pour traiter des pathologies rares.

Un essai clinique randomisé, actuellement en cours, va évaluer la sécurité et l’efficacité du tasimelteon à augmenter la durée totale du  sommeil de nuit chez des adultes totalement non-voyants souffrant du syndrome hypernycthéméral (N24HSWD). Dans cet essai, les chercheurs vont comparer, sur une période d’étude de six mois, le tasimelteon à  un placebo, c’est à dire, un comprimé de même aspect  mais sans principe actif.

L’étude* est menée dans 25 centres médicaux aux Etats-Unis, et dans 6 centres en Allemagne. Le promoteur est Vanda Pharmaceuticals. Les chercheurs espèrent recruter 100 personnes dans l’étude :  50 dans le groupe du produit actif,  et  50 dans le groupe du placebo.

Des renseignements complémentaires concernant l’étude sont disponibles sur le site http://24sleepwake.com/, ou http://clinicaltrials.gov/ en indiquant « N24HSWD ».

* :  Une étude portant sur le même syndrome est actuellement menée en France. Vous pouvez en savoir plus en appelant (en France) le 03 89 78 73 73.  

Documentation complémentaire

Le National Institute of Health (Institut National de la Santé):
http://www.nhlbi.nih.gov/health/public/sleep/

Le National Sleep Foundation  (Organisation Nationale du Sommeil):
http://www.sleepfoundation.org/

Le American Academy of Sleep Medicine (Académie Américaine de la Médecine du Sommeil):
http://yoursleep.aasmnet.org/

Rappel important : Un mauvais sommeil justifie toujours une discussion avec votre médecin traitant. Tenez un agenda de sommeil pendant au moins deux semaines avant la visite afin de donner à votre médecin une meilleure compréhension de votre sommeil.

Noter à quelle heure vous vous couchez et vous vous levez ainsi que la durée des siestes en journée. Indiquez la consommation de caféine, d’alcool et d’autres médicaments.

Votre médecin peut vous indiquer un centre de troubles du sommeil. Les spécialistes du sommeil peuvent estimer vos habitudes de sécrétion de la mélatonine, ils peuvent vous suggérer un traitement afin d’améliorer votre sommeil et votre vigilance en journée et vous indiquer à quels types d’études biomédicales en cours vous pourriez participer.

Cette série a été écrite par la journaliste médicale Lynne Lamberg, co-auteur du “ Guide de l’horloge biologique pour une meilleure santé ”, http://bodyclockguide.com/. Lynne Lamberg à beaucoup écrit à propos de la médecine du sommeil et de l’horloge biologique pour les médecins et le grand public.

Note: Traduit de l’américain par Eric Drutinus